Vers 1950 les villes villages détruits par la dernière guerre , il est resté très bien. Il vient de Creil, a été démonté et remonté . 68 ans après . J'ai vécu dans un qui se trouvait " cité Gabriel Péri " . L'hiver nous n'avions pas chaud , mais personne ne se plaignait; l'été c'était le contraire sous les tôles il faisait une chaleur épouvantable . Les carreaux du baraquement était complètement gelés, je me rappel de ma mère qui réchaufait nos lits avant de se coucher avec un fer à repasser et parfois il y avait une brique réchauffée dans le four du chauffage protègée par du papier de journal. La première télévision c'était chez le Père Violet, il accueilait tous ses voisins. quand il y avait un film. Il n'y avait pas beaucoup de voitures dans le village, des motos des mobylettes , les ordures ménagères étaient chargées sur une remorque tiré par un cheval c'était un cultivateur habitant avant le pont de St Leu puis il y a eu Jean avec sa camionnette .L'ambiance dans les barquements était bonne, la fète était sur la place de l'église . 

Baraquement de l'après guerreBaraquement de l'après guerreBaraquement de l'après guerreBaraquement de l'après guerre

Baraquement de l'après guerre